La sécurité d'abord

06/14/2021

Que se passe-t-il avec les Jeux olympiques et paralympiques cet été? Eh bien, ils auront peut-être une allure différente, mais ils auront bel et bien lieu. Voici ce à quoi on peut s’attendre…

Qui participera?

Plus de 15 000 athlètes olympiques et paralympiques provenant de quelque 200 pays sont attendus à Tokyo pour les Jeux. Il y aura aussi des officiels, des entraîneurs, du personnel de soutien et des journalistes. Dans le cadre d’une entrevue avec le Toronto Star, Marnie McBean, chef de mission d’Équipe Canada, a indiqué que le Canada réduit la taille de son équipe de mission en envoyant moins d’employés et de bénévoles à Tokyo.

Y aura-t-il des spectateurs sur place?

Pas cette année. En mars, les organisateurs des Jeux et le CIO ont annoncé qu’aucun spectateur étranger ne serait admis. La pandémie mondiale de la COVID-19 est encore très préoccupante, de nouvelles souches de variants ayant été détectées et les voyages internationaux restant fortement limités partout sur la planète. « Basé sur cette situation actuelle de la pandémie, il est très peu probable que l'entrée sur le territoire japonais soit autorisée pour les résidents étrangers », peut-on lire dans la déclaration faite par les organisateurs.

Mise à jour : les Jeux olympiques de Tokyo autorisent les fans locaux - mais avec des limites strictes. Selon un article publié le 21 juin dans l'Associated Press, les organisateurs ont fixé une limite de 50 % de capacité, jusqu'à un maximum de 10 000 fans, qui doivent extre des résidents japonais.

Quel est le plan?

Le comité organisateur Tokyo 2020, le Comité international olympique et le Comité international paralympique ont créé un « playbook » de 33 pages. Ce guide décrit en détail les mesures de sécurité qui seront mises en place. Il comprend les lignes directrices que nous connaissons tous, comme éviter les contacts physiques étroits, se laver régulièrement les mains, se couvrir la bouche pour éternuer ou tousser, désinfecter les surfaces, porter un masque et bien aérer les pièces.

« Votre voyage ne commence pas à l’aéroport », lit-on dans le playbook. Les voyageurs devront surveiller leur état de santé 14 jours avant le départ pour Tokyo. Ils devront présenter un certificat de test négatif avant de partir et un autre en arrivant. Ils n’auront pas à faire une quarantaine, mais leurs activités seront limitées pendant les 14 premiers jours de leur séjour au Japon : le transport en commun, les lieux touristiques, les restaurants, les bars et les magasins leur seront interdits.

Les visiteurs devront aussi surveiller leur état de santé et envoyer leurs résultats chaque jour sur l’application japonaise pour téléphone intelligent servant au traçage des contacts et au suivi de la santé. Des tests de dépistage pour la COVID-19 et des contrôles de température auront lieu régulièrement.

Le playbook conseille aussi d’éviter toute forme de contact physique inutile, comme les accolades, les tapes dans la main et les poignées de main, et de s’abstenir de chanter ou de crier. Les applaudissements sont toutefois permis.

Les athlètes devront-ils être vaccinés?

Il n’est pas encore obligatoire d’être vacciné pour participer aux Jeux, mais lorsque les vaccins seront disponibles pour le grand public, le CIO exhorte les équipes olympiques et paralympiques à se faire vacciner après les groupes prioritaires.

Comment les athlètes s’adaptent-ils à ces restrictions?

Les athlètes ont eu la vie difficile depuis le report des Jeux en mars 2020 : compétitions annulées, incertitude face aux Jeux et manque d’accès aux installations d’entraînement. Mais les athlètes sont aussi très adaptables et résilients.

En avril, Jacob Saunders et Oliver Bone, du Royal Nova Scotia Yacht Squadron, ont été choisis pour représenter le Canada aux Olympiques d’été. Saunders indique que l’équipe olympique canadienne a tout mis en œuvre pour que les athlètes sachent à quoi s’attendre et en quoi les Jeux seront différents de ceux des années précédentes. « Nous devrons suivre beaucoup de règles très strictes, alors nous avons vraiment l’impression que les Jeux seront sécuritaires à la fois pour nous et pour le public japonais. »